Voilà j’ai mis trois mots clés qui buzzent pour mon billet, j’espère que ça va faire de l’engagement. Encore un post sur lequel je vais me faire plein d’amis (non). En tout cas j’ai relié ces trois investissements car ils réunissent plusieurs de mes convictions, car ils symbolisent quelques-unes des inconsistances des clients, car ils reflètent une époque et un système souvent incohérent. There’s more to the picture than meets the eye.

Tesla : can’t come back

Tesla fabrique des voitures électriques. De plus en plus. A la finition de plus en plus soignée. Avec un rapport qualité prix qui s’améliore. Avec une gamme qui s’étoffe. Avec une avancée technologique incontestable. En plus, Tesla est enfin rentable. Et pourtant. Et pourtant cela fait des mois que je fuis le titre et que je le déconseille. Entre temps l’action est passée de 350 à 900$. Bon elle est redescendue à 700$ mais mon idée reste la même :

Non mais ho. Même à 700 dols, ça valorise l’entreprise à 671 milliards de dollars. Le bénéfice net par action, c’est 64 centimes. Vous vous voyez acheter un studio 70 000€, le louer et que le montant ANNUEL du loyer soit de 64€ ?  Mais respectez-vous bon sang.

Alors oui je sais qu’il y a du potentiel. Oui je sais que la capacité de production augmente fortement. Oui je sais que le logiciel pourrait être monétisé, et que donc Tesla n’est pas qu’un fabriquant de voitures. Mais tout de même, ça fait mal au c…au cœur de voir une entreprise produire 500 000 voitures en une année et être valorisée plus cher que Toyota, Volkswagen, Daimler Benz, General Motors, BMW, Stellantis (Peugeot – Citroën – Fiat – Chrysler), Ford, Honda, Ferrari, Hyundai RÉUNIS. Oui, réunis, ce qui fait 50 millions de voitures produites.

Gamestop : la (fausse) revanche des petits poucets

Je vous fais le résumé pour que vous puissiez l’expliquer à vos (grands) parents.

  • A Wall Street y’a des méchants financiers. Bon en fait ils gèrent l’épargne et la retraite de Mme et M. Toutlemonde mais c’est plus facile de dire qu’ils sont méchants.
  • Ces méchants, ils pensent que Gamestop, sorte de Micromania américain, c’est sur valorisé.
  • Alors ils parient sur la baisse du titre
  • Mais ils le font un peu tous dans leur coin
  • Donc plein d’acteurs parient sur la baisse du titre sans forcément savoir que les copains d’à coté l’ont fait
  • Un groupe de fans, pour des raisons d’attachement à l’enseigne plus que pour des motivations financières (à vérifier), décide de recommander l’achat du titre
  • Le titre monte un peu
  • Tous ceux qui misaient sur la baisse du titre se retrouvent le bec dans l’eau , ils sont obligés d’acheter les titres
  • Le titre monte beaucoup : il passe de 6$ à…480$
  • Mme et M. Toutlemonde rentrent dans la danse
  • Le titre redégringole à 50$

Je n’ai aucune idée de la juste valeur d’une action Gamestop. Certainement pas 6$, certainement pas 480$. Il y a autre chose que j’ignore, c’est le pourcentage de petits porteurs qui sont réellement gagnants dans l’histoire. Il y en a. M’est avis qu’ils sont minoritaires.

Bitcoin : The king […] is not forgotten

Au moins avec le Bitcoin, presque tout le monde sait de quoi on parle !

Avouez-le, vous aussi vous avez un pote qui a fait fortune grâce à ça, et qui vous conseille d’en acheter. Pourtant ce même pote roule toujours en Saxo et vous laisse commander les pizzas chez Deliveroo, parce que la carte qui est rattachée à son compte est étonnement bloquée.

Encore une fois, ça fait des années que je crache sur le bitcoin. J’en disais du mal quand ça valait 15000€, aujourd’hui ça doit valoir plus du triple. Je dois quand même être sacrément con.

Bon, en fait :

  • Oui je suis un peu con, mais soit vous me connaissez et vous le saviez déjà, soit vous ne faites que me lire et vous le comprenez. La blockchain, c’est pas du pipeau. C’est pas infaillible, mais c’est très sécurisé. Donc vos bitcoins, ils sont réels. Ils seront acceptés de plus en plus fréquemment, ils vont rester et si un jour Amazon, Google ou une grande banque les intègre, ça pourrait encore plus décoller.
  • L’histoire me montrera que je suis peut-être très con. Mais je suis persuadé que le Bitcoin ne sera jamais une devise. Il ne sera jamais un moyen de paiement. Pour plein de bonnes et de mauvaises raisons : les institutions ne le veulent pas, c’est trop volatil, en plus d’être vraiment inefficace écologiquement.
  • Par contre, je ne suis plus aussi sûr que ça ne vaudra rien. Ce n’est pas une monnaie. Mais c’est peut-être un actif. Vu qu’il s’échange facilement, qu’il a toujours un prix et qu’il recueille la confiance de plusieurs acteurs, c’est un actif. Comme l’or. Vous ne payez pas votre baguette en or, mais vous avez peut-être un Louis d’or bien caché dans les locks de Riké. Bon l’or a des usages en joaillerie et dans le spatial, mais gageons tout de même que le Bitcoin est un actif de réserve, dont le cours évoluera en fonction des politiques de banques centrales, de l’inflation, de notre confiance dans la monnaie. J’aime bien cette idée, en plus elle me conforte sur mes analyses précédentes.

Une conclusion pour les réunir tous et dans les ténèbres les lier

Ce qui lie ces 3 cas, c’est le comportement des particuliers.

Pour d’autres raisons hein, mais un peu quand même. La plupart des investisseurs dans ces 3 dossiers l’ont fait pour la même raison : ils ont acheté parce que ça montait. Ils ont payé ceci et ont eu cela. Sans savoir ce qu’ils achetaient. Sur les recommandations de quelqu’un avec beaucoup d’assurance, par envie d’être plus intelligent que le système, alors qu’ils sont intrinsèquement averses au risque. Et s’ils ne l’ont pas fait, ils n’ont retenu que la hausse, et conçoivent une forte frustration d’être passé à côté.

Alors oui, ça peut payer. De la même manière que les gagnants de l’EuroMillions me diront qu’ils ont bien fait de jouer.

Je ne sais pas où seront ces 3 actifs dans 3, 6, 18 mois. Une chose est sûre, je vous conseille vivement de faire, seul ou avec du soutien, vos devoirs avant d’investir. Ne serait ce que pour que votre compte Deliveroo soit toujours opérationnel.