C’est le nouveau débat tendance du moment : annulons la dette, comme ça plus besoin de la rembourser !

J’ai souri. Tout d’abord je me suis imaginé aller voir mon banquier pour lui dire la même chose à propos de mon crédit immobilier.

Un crédit immobilier, tout le monde sait comment ça marche. D’ailleurs, pour ceux qui ne me suivent pas sur Linkedin, je suis à nouveau courtier en crédit immo, n’hésitez pas (je vous avais dit qu’il était passé par l’EDHEC et l’ESCP hein).

Un emprunt d’état, c’est différent. Ca ressemble beaucoup à un crédit in fine. Chaque année, vous ne payez que les intérêts, et à la fin il faut rembourser le capital. Bon en général pour rembourser le capital vous reprenez un crédit et c’est reparti pour un tour. En ce moment c’est chouette parce que au moment ou vous le reprenez, comme les taux sont négatifs, vous empruntez 100, vous ne payez rien pendant 10 ans, et à la fin il faut rendre 99 voire moins !

Du coup 2 questions peuvent se poser :

  • Pourquoi est-ce qu’on ne réemprunte pas tout notre stock de dette pour moins payer ?
  • Pourquoi est ce qu’on n’annule pas notre dette ?

A ces 2 questions on peut répondre : pour que notre système monétaire continue à tenir debout. Oui c’est un système un peu merdique, bien inégalitaire, oui on pourrait vivre d’amour et de troc, mais quel que soit le système, il y a toujours une monnaie, et ce n’est pas, à mes yeux, l’existence de la monnaie qui est la cause des dérives.

Par contre, quand le système monétaire est mal géré, là ça fait mal. Fort. Longtemps. Demandez aux argentins s’ils ont préféré perdre contre nous en 2018 ou contre le FMI en 2001.

Renégocier tout notre stock de dette d’un coup c’est offrir une indigestion de dette aux acheteurs. Non seulement ils n’en voudront pas, ce qui fera remonter son prix, mais en plus ils questionneront la capacité à maîtriser notre politique d’endettement.

Car oui, quoi qu’on en dise, notre endettement est maitrisé. La France est un pays endetté. Très endetté. Trop endetté. Mais si l’on emprunte à des taux si bas, c’est bien qu’il y a des contreparties prêteuses en face.

Et quand le système monétaire est bien géré, ça aide. Les banques prêtent à la France. Les banques revendent cette dette à la Banque Centrale Européenne. La BCE prête aussi directement aux états. Au moment où il a fallu que tous les états de la zone Euro empruntent massivement pour soutenir les économies terrassées par le Covid, la BCE était là.

Toute cette dette souveraine que la BCE accumule, on ne sait pas si l’on sera effectivement tenu de la rembourser. Ce que l’on sait, c’est que tout le monde a été d’accord pour qu’elle soit là, et qu’en plus de l’objectif monétaire (stabilité des prix de la zone Euro), la BCE a aidé les états dans leur politique budgétaire.

Ce que l’on sait pas, c’est ce qu’il se passerait si on annulait une partie de cette dette. Peut être que certains pays réemprunteraient massivement, incitant tous les autres a faire de même, ce qui créerait une menace inflationniste. La sur inflation, c’est comme le dentifrice et les mots blessants, une fois que c’est sorti, on peut pas faire marche arrière et les conséquences peuvent être très importantes.

Ce que l’on sait, c’est que le système tient le coup, en 2008 comme en 2020.

Les avis, c’est comme les cerveaux. (Presque) tout le monde en a un. J’estime qu’il est bien trop farfelu et hasardeux de vouloir jouer avec le feu et annuler une dette dont ni la charge ni la soutenabilité ne nous menacent. Keep calm and carry on.